Actualités

 

 


MINFOF

EXCELLENCE FORESTIERE ET FAUNIQUE 2016

Commune de Djoum : Meilleure gestionnaire des forêts du sud.

A l’occasion de la célébration de la première édition de l’Excellence Forestière dans la Région du Sud organisé par la Délégation Régionale des Forêts et de la Faune au mois de février 2017, la Commune de Djoum a remporté haut la main le premier prix et le trophée faisant d’elle la meilleure gestionnaire des forêts du Sud-Cameroun.

S’il est vrai que cette distinction est le résultat de la rigueur et moralisation imposées par Sa Majesté Foumane Ngane Vincent, Maire de la Commune de Djoum, dans la gestion de la forêt communale, il n’en demeure pas moins vrai la bonne gestion forestière de la Commune de Djoum tire sa force de la connaissance et du respect des textes en vigueur.

D’une superficie de 15270 hectares, la Forêt Communale de Djoum a été créée par Décret de classement N°2002/1070/PM du 19 juin 2002. Elle a connu la réalisation de :

  • La cartographie de base du massif ;
  • L’inventaire d’aménagement ;
  • Les études socio-économiques ;
  • Le Plan d’aménagement approuvé par lettre N°11189/L/MINFOF/SG/DF/SDIAF du 15 mai 2009 ;
  • Le Plan de Gestion du bloc quinquennal (UFE N°1) approuvé par lettre N°2086/L/MINFOF/SG/DF/SDIAF/SA/CA du 23 septembre 2009 ;
  • Le plan d’aménagement révisé et approuvé ;
  • L’étude d’impact environnemental et social ;
  • Le plan de gestion du bloc quinquennal (UFE N°2)

Avec la signature d’une convention de partenariat avec la SFID en 2014, toutes les Normes d’Intervention en Milieu Forestier (NIMF) sont de rigueur, de même que la production de tous les Rapports Annuels d’Intervention Forestiers (RAIF).

Deux comités paysans forêts sont créés autour de la forêt communale et participent à l’aménagement et à l’exploitation de cette forêt.

La gestion de ses revenus obéit scrupuleusement aux exigences de l’Arrêté conjoint N°0076 MINATD/MINFI/MINFOF du 26 juin 2012 fixant les modalités de planification, d’emploi et de suivi de la gestion des revenus provenant de l’exploitation des ressources forestières et fauniques destinés aux communes et aux communautés villageoises.


MINAT

DES CASES COMMUNAUTAIRES VOIENT LE JOUR

Dans les villages Nkolafendek et Mellen dans le Canton Bulu, sur la nationale N°9, ces cases communautaires affichent belles-allures. Construite par la Commune de Djoum sur fonds propres, ces dernières, qui sont des lieux de rencontres communautaires, devront pouvoir permettre aux populations des villages de se rassembler autour du Chef de village, aux associations de tenir leurs réunions, mais aussi ces dernières sont capables d’abriter des événements spéciaux (mariages).

Pour les populations, qui dit merci en redemande encore davantage, les populations de ces villages ont émis le vœu de voir le Centre de Santé Intégré de Nkolafendek réhabilité. Elles ont remercié le Maire pour les nombreux appuis aux étudiants et aux maîtres de parents. Elles lui ont promis de l’accompagner dans toutes les actions qu’il mène en faveur du développement de la localité.


MINEE

Electrification Rurale : La lumière pour tous à NKOLENYENG

             Il est 18 heures 45 minutes ce 18 février 2017, lorsque Sa Majesté BIFANE ELLE, Chef de 3ème degré pousse un ouf de soulagement : « ENFIN LA LUMIERE ». Pour lui, Nkolenyeng sort des ténèbres car sans électrification le village et tous ses habitants sont coupés du reste du monde.

En effet, grâce aux revenus de la forêt communautaire dont le village bénéficie des retombées, par la gestion directe, le village a acquis un groupe électrogène et mis en place des installations devant servir à alimenter tous les ménages. Avec le temps, les poteaux électriques se sont endommagés, ce qui a plongé le village dans le noir après 18 heures, rendant ainsi les nuits longtemps.

Grâce à une subvention de la Commune de Djoum, une équipe de techniciens a été recrutée aux fins non seulement de fabriquer une cinquantaine de poteaux en béton, mais aussi de poser les câbles électriques dans tout le village. Tous les ménages en ont été bénéficiaires.

Ainsi, en pleine campagne de lutte contre la pauvreté, le de la Commune de Djoum s’est donné un nouveau pari : favoriser l’accès aux populations des zones rurales à cette donnée, si caractéristiques du développement de l’homme qu’est l’électricité.

Face à cette grande réalisation en HIMO, toutes les populations ont exprimé leur profonde gratitude à l’endroit de Sa Majesté Foumane Ngane Vincent, et lui demandé de poursuivre son œuvre de développement de Djoum en continuant de privilégier le bien commun, car seul profitable à tous.


MINEDUB

DES TOITURES REHABILITEES

Les élèves a l’abri des intempéries a l’Ecole Publique Minko’o dans le Canton Fang centre et à l’Ecole Publique de Mveng dans le Canton Bulu a l’abri des intempéries.

 

Suite à l’état de délabrement de certaines toitures ajouté à certains sinistres secondaires dans les Ecoles Publiques de Minko’o et de Mveng, la Commune de Djoum a entrepris de réhabiliter ces toitures. Cette intervention, très saluée par Sa Majesté Mengatta Essa’a Ferdinand Louis, les Directeurs des écoles suscitées et les nombreux parents d’élèves, a permis aux élèves de commencer le deuxième trimestre de l’année en cours en toute sérénité.

 


MINEPIA

INAUGURATION DE L’AIRE D’ABATTAGE

La Communauté musulmane était en fête ce samedi 14 janvier 2017 à l’occasion de l’inauguration solennelle de l’aire d’abattage. Aux cotés de Monsieur le Sous-préfet de l’Arrondissement de Djoum, du Maire de la Commune de Djoum et de nombreuses autorités administratives, traditionnelles et politiques, les opérateurs de la filière bœuf et de nombreux consommateurs se sont rassemblés au quartier Bitébiokang, précisément au camp blanc pour ladite cérémonie.

 

 

En effet, construite en 2015, par le biais du Budget d’Investissement Public, ce bâtiment a pour vocation de fournir à tous les opérateurs de la filière industries animales des conditions idoines et hygiéniques de travail afin que le désordre clandestin observé dans les quartiers, qui met toujours en confrontation ces derniers avec le reste des populations prenne fin.

Un centre zootechnique déjà en construction viendra s’ajouter à ces réalisations dans le domaine de l’élevage, des pêches et des industries animales pour le plus grand bien non seulement des opérateurs suscités, mais aussi de toutes les populations de la commune de Djoum.

 

 

 



BUDGET COMMUNAL 2017 :

LE CONSEIL MUNICIPAL DE DJOUM AFFICHE SES AMBITIONS

Le budget communal de Djoum pour le compte de l’exercice 2017 adopté par les Conseillers municipaux et approuvé par la Tutelle s’équilibre en recettes et en dépenses à la somme de 1 118 113 934 (un Milliard Cent dix-huit millions neuf cent trente-quatre mille) F CFA, contre 1 395 182 275 (un milliard trois cent quatre-vingt-quinze millions cent quatre-vingt-deux mille deux cent soixante-quinze) francs CFA pour l’exercice 2016, soit une baisse de 19,86%. Cette baisse porte essentiellement sur la non prise en compte des arriérés des revenus forestiers et fauniques, du faible recouvrement de la RFA et de celui du rendement mitigé du matériel roulant. Néanmoins, le cap amorcé en 2016 a été maintenu par la budgétisation de la production de la pépinière communale, la vente des lots communaux, la contribution des crédits transférés et l’appui du PNDP.

Dans l’ensemble, les recettes de fonctionnement s’élèvent à 597 704 000 (cinq cent quatre vingt dix-sept million sept cent quatre mille) francs CFA, et les recettes d’investissement  à 520 409 934 (cinq cent vingt million quatre cent neuf mille neuf cent trente quatre) francs CFA. Soit respectivement 53,46% et 46,54% des recettes globales. Les crédits transférés, dans le cadre de la décentralisation, se situent à 525 709 934 (cinq cent vingt cinq million sept cent neuf mille neuf cent trente quatre mille). Soit 421 097 794 pour l’Etat, 10 000 000 pour le FEICOM et 94 612 140 pour le PNDP. Les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 301 160 000 (trois cent un million cent soixante mille) francs CFA et celle d’équipement et d’investissement à 816 953 934 (huit cent seize million neuf cent cinquante trois neuf cent trente quatre mille) francs CFA, soit respectivement 26,93% et 73,07% des dépenses totales. Les frais du personnel par rapport aux frais de fonctionnement représentent 27,73%.

Plus que par le passé, les raisons de continuer d’axer l’action autour de la composante infrastructure de croissance et développement institutionnel sont clairement définies. En choisissant de booster la production cacaoyère, Sa Majesté Foumane Ngane Vincent, Maire de la Commune, a opté de développer considérablement l’économie locale. Pour le Premier Magistrat de la Ville de Djoum, c’est l’une des voies royales pour sortir ses populations de la pauvreté et de l’oisiveté.

De même, il a rappelé aux Conseillers municipaux que le financement du développement économique et social de la Commune de Djoum passe par une attractivité renouvelée de l’environnement des affaires, dans la rigueur et la moralisation, si chères au Président de la République Son Excellence Paul BIYA.

Pour le Maire, Il n’y a aucun gouvernement ou aucune Commune, à sa Connaissance, qui distribue de l’argent à ses populations. « Nous allons, a-t-il déclaré, continuer de créer des conditions pour la création des richesses pour ceux qui se mettent au travail ».

Le Maire énumérera néanmoins quelques uns de ses projets prioritaires pour l’année 2017. Nous trouvons entre autres

Prioritairement, nous aurons :

  • la mise en œuvre du projet d’éclairage public de la ville de Djoum par énergie solaire ;
  • la construction du centre zootechnique et vétérinaire ;
  • la construction d’un bloc maternel à l’école maternelle d’Aboélon ;
  • l’équipement de la maison du planteur ;
  • l’aménagement des aires de jeux et du lotissement communal ;
  • la délocalisation et l’aménagement du cimetière et de la décharge communaux ;
  • la construction de deux dalots à Lono et Evindi ;
  • l’entretien des routes communales ;
  • la réhabilitation du centre de santé intégré de Mellen Zamane ;
  • l’acquisition des médicaments ;
  • la réalisation des projets des communautés riveraines estimés à 33 000 000 de francs CFA.

Pour le Préfet, dont la présence, l’encadrement et les conseils ont rehaussé l’éclat des assises, Djoum est en pleine mutation et mériterait que tous les projets porteurs inscrits dans le plan de campagne soient réalisés. Il a félicité le Maire pour le travail qui se fait.

Ce conseil s’est achevé par la présentation du nouveau bijou de la Commune de Djoum, ceci par une note emprunte de convivialité.

 

 



 

L’Ambassadeur de France au Cameroun et son épouse à Djoum

Accompagnés de Son Excellence Monseigneur Christophe ZOA Evêque de Sangmélima, Son Excellence Gilles THIBAULT, Ambassadeur de France au Cameroun et son épouse ont séjourné dans la ville de Djoum le 20 janvier 2017. Cette visite, privée, initiée par l’Apôtre de Sangmélima visait à faire revisiter l’œuvre française dans l’Arrondissement de Djoum au diplomate français.

Visite des installations de la Société forestière Française (SFID) installées à Djoum

De l’œuvre missionnaire à celle administrative, l’Ambassadeur a eu le temps de faire l’état des lieux pour envisager le futur. Il visitera la Société Forestière Industrielle de la Doumé (SFID) installée à Djoum et qui, par les nombreux emplois octroyés aux filles et fils de la localité, participe fortement à l’amélioration des conditions de vie des populations de Djoum.

 

 

 

Accueil à l’Ecole Catholique d’Abing

Il fera aussi un tour à la mission catholique pour visiter l’Eglise et son presbytère, l’Ecole catholique, le dispensaire, mais aussi rendre hommage aux tombes des sœurs françaises cruellement assassinées en 1991. Sa visite se poursuivra par le tour de la ville, mais aussi toutes les installations françaises à Djoum (Sous-préfecture, Prison, l’Hôpital etc…)

Le Maire de la Commune de Djoum, Sa Majesté Foumane Ngane Vincent, a tenu non seulement à remercier Leurs Excellences Monsieur l’Ambassadeur et Monseigneur Christophe ZOA pour le choix porté sur la ville de Djoum. « Ce choix, a-t-il déclaré, honore à plus d’un titre notre ville, mais surtout toutes nos populations ».

Verre d’amitié au domicile du Maire à sa résidence

Après avoir dressé un bref aperçu de la ville de Djoum sur le triple plan géographique, historique et économique, le Maire a rappelé à Monsieur l’Ambassadeur que « Djoum avec toutes ses potentialités naturelles, économiques et humaines et bien qu’elle affiche de nouvelles ambitions en relevant de nouveaux défis avec succès, n’échappe pas hélas aux différents maux dont souffrent les populations d’un pays en voie de développement ». Il citera entre autres : la destruction de l’écosystème par l’exploitation forestière, l’absence d’eau potable, l’insuffisance d’infrastructures scolaires, l’insuffisance énergétique à l’ère des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, le non accès pour nos PME aux financements….

Visite du campement Baka construit par des religieuses françaises

De même, il a rappelé que cette visite offrait un espace d’échanges et de partage qui permettra de dégager des pistes en vue de construire des alternatives à un développement durable pour les populations de la Commune de Djoum.

Comme doléances, Sa Majesté Foumane Ngane Vincent, Maire de la Commune de Djoum a émis le souhait de voir Monsieur l’Ambassadeur :

faciliter le jumelage avec certaines Communes de France dans le domaine de la coopération décentralisée, dans un sain et prospère partage ;

– faciliter l’accès à certaines dotations octroyées non seulement par l’Agence Française de Développement, mais aussi toutes les structures françaises d’aide au développement ; 

– faciliter la continuation de l’œuvre constructrice de Djoum par les Français, notamment dans le domaine oublié qui est celui des sports et Loisirs. Un complexe multisports ferait du bien à nos nombreux jeunes.

Visite à la Sous-préfecture de Djoum

Monsieur l’Ambassadeur, très satisfait et heureux de l’accueil et de toutes les dispositions prises lors de cette visite, a dit avoir pris bonne note de toutes les doléances formulées par le Maire et a promis accompagner le Développement de Djoum.

Monsieur l’Ambassadeur et son Epouse retourneront dans leur lieu de vie habituel, laissant les nombreuses populations venues pour la circonstance en liesse, dans les chants et la fête.



FOCUS 

PROJET DJOUM VERT

 

PILIER D’UN DJOUM AUJOURD’HUI EN PLEIN ESSOR.

 

Ce vaste projet, prenant sa Source et se réclamant de la politique des Grandes Réalisations de Son Excellence Monsieur PAUL BIYA, Chef de l’Etat du Cameroun, mis en œuvre par sa Majesté FOUMANE NGANE Vincent, Maire de la Commune de Djoum, vise non seulement à développer le secteur agricole et booster l’économie locale, mais aussi l’embellissement de la ville de Djoum et de ses artères.

 

En prenant les rênes de la Commune de Djoum à l’issue du double scrutin municipal et législatif de 2013, Sa Majesté FOUMANE NGANE Vincent s’est immédiatement mis au travail pour réaliser sa vision : faire de Djoum une ville émergente.

Le projet de « Djoum vert » du Maire, Sa Majesté FOUMANE NGANE Vincent, consiste à mettre en œuvre une stratégie dont le ressort est la valorisation du potentiel en ressources humaines, agropastorales et naturelles de Djoum. C’est pour cette raison qu’il a axé  stratégiquement le développement intégral de sa Commune autour de trois piliers de croissance que sont le renforcement des capacités de tous les acteurs diversifiés intervenant dans la prise de décision, la création des structures de développement et de promotion du secteur agropastoral et la saine gestion des revenus issus de l’exploitation légale des ressources naturelles (forestiers, fauniques et minéralières).

Depuis la passation technique entre les deux exécutifs sortant et entrant le 28 Octobre 2013, le Maire a établi un programme ambitieux de réformes économiques en vue d’une prospérité future. « Il ne nous est désormais plus possible de dépendre uniquement des subsides de l’Etat pour dynamiser la croissance économique, déclarera-t-il, nous devons nous diversifier sur un mode durable. Tel est l’objectif du projet « Djoum Vert », qui guidera notre développement ».

Le développement durable est au cœur de la démarche de Sa Majesté FOUMANE NGANE Vincent. « En tant que Commune, nos terres, nos ressources forestières et minérales de même que notre environnement sont nos premiers capitaux et nous sommes déterminés à mettre en place un modèle de développement qui soit propre et durable, qui sache tirer parti de ces richesses sans les réduire ni les épuiser, dira-t-il ».

Ce projet, qui sera développé tout au long de sa mandature avec le soutien consenti de tout le Conseil municipal et l’approbation de la Tutelle, avec la participation de toutes les populations, du secteur privé et de l’administration publique, mènera notre Commune vers un développement durable.

S’éloignant de toute recherche de solutions rapides, ou de retour sur investissement à court terme, Sa Majesté FOUMANE NGANE Vincent s’est résolument tourné vers l’établissement des partenariats stratégiques qui permettront à la Commune de Djoum, d’utiliser les technologies adéquates et de répondre aux attentes du marché. Et continuera à faire de même dans d’autres secteurs.

La vision du développement de la Commune de Djoum est claire. Le Maire, Sa Majesté FOUMANE NGANE Vincent, et tout le Conseil municipal sont dédiés à sa mise en œuvre et  demeureront déterminés à mener les réformes et à établir des collaborations réciproquement bénéfiques avec des investisseurs responsables.

De toute évidence, de la pépinière municipale de production de plus de 350 000 plants cacaoyers par an et divers arbres fruitiers à la Maison du Planteur qui offre semences, fongicides et autres nécessaires pour toute exploitation agropastorale, en passant par le Parc de rupture et la Menuiserie municipale en pleine élaboration, les motifs pour investir à Djoum sont forts. Avant tout, Le Maire a  souhaité créer un environnement dans lequel la question n’est plus « pourquoi vivre et investir Djoum ? » mais « pourquoi ne vivons-nous pas et n’investissons-nous pas à Djoum ? ». La Commune de Djoum est ouverte au marché, elle est ouverte à tous.

 



LA REDACTION

 

 

Communiqué des bourses à DJOUM